Tout savoir sur...

Emprunteurs à risque aggravé : comment s’assurer ?

Une étiquette dont se passeraient nombre de candidats à l’achat. Les risques, induits par la pratique d’un sport, la profession, ou encore l’état de santé, peuvent signifier l’alourdissement du montant total de votre prêt. Revue des différentes possibilités.

Assurer un prêt avec un risque aggravé sportif

Sports de haute montagne, équitation, parapente… Qu'ils soient pratiqués dans le cadre de votre profession ou pour le loisir, l’assurance de votre prêt sera considéré à risques aggravés. Le montant total de vos garanties pourront donc être fortement augmentées. Il vous faudra alors souscrire une assurance spécifique auprès d’un organisme spécialisé.

Assurer un prêt avec un risque aggravé professionnel

Les sapeurs-pompiers de métiers, artificiers, gendarmes, pilotes de ligne ou encore chauffeurs routiers sont potentiellement la cible de majorations importantes. En cause : les risques directement induits par la profession. Là encore, le recours à une assurance adéquate s’impose, à des tarifs pouvant aller de 0,10 % à 1,2 % du montant du prêt.

Assurer un prêt avec un risque aggravé de santé

Les risques aggravés de santé s’inscrivent depuis 2007 dans un cadre légal strict, cristallisé par la convention AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé). L’objectif : empêcher le refus de dossiers de prêts en raison de maladie grave ou de handicap, veiller à contrôler les éventuelles surprimes, et proposer aux emprunteurs des garanties alternatives avantageuses.

Dans les faits désormais, lorsque l’état de santé de l'emprunteur le requiert, les banques doivent proposer une solution dite de deuxième niveau. Conditionnée par des critères d’éligibilité, cette possibilité vise à protéger les emprunteurs à risque et leur permettre de voir leur projet immobilier se réaliser malgré tout.

Loading