Tout savoir sur...

Les modalités du contrat d'assurance

L’offre de prêt est entre vos mains ? Vous disposez maintenant d’un délai de réflexion minimum de dix jours. De quoi étudier de près les modalités précises de votre contrat : coûts et clauses des assurances, quotités…

L’assurance décès-invalidité, un point essentiel

La validation d’un contrat de crédit immobilier est conditionnée par la souscription d’une assurance décès-invalidité. Elle servira à assurer la conservation du bien acheté dans le cas d’un décès ou d'une perte brutale de revenus causée par une invalidité ou une incapacité à travailler.

Son prix augmente en fonction de l’âge et de la condition physique de l’emprunteur. Ce sont les réponses apportées au questionnaire de santé qui déterminent les tarifs applicables. Pas d’inquiétude toutefois : les discriminations sont punies sévèrement par la loi, et l’examen de votre situation de santé s’inscrit dans un strict cadre légal.

Le prix de l'assurance, très variable selon les établissements et la situation de l'emprunteur, se situe en moyenne entre 0,18 et 0,45 % du coût total du prêt.

Répartition des quotités d’assurance

Dans le cas d’un emprunteur seul, aucune considération particulière. Au regard des critères exposés plus haut, il bénéficiera de 100 % des garanties engagés.

Dans le cas d'un couple, les garanties peuvent être réparties entre un mari et sa femme : 30 % sur l’un et 70 % sur l’autre. Le choix tient compte de la contribution à l’achat immobilier et les situations personnelles de chacun : emploi à risque, âge avancé, maladie déclarée…

Toujours pour le cas d’un couple, le total des quotités peut en outre excéder 100 % : 50 % pour monsieur, et 70 % par exemple pour madame. Comment l’établir ? En envisageant au plus près le montant des compensations nécessaires dans le cas du décès brutal d’une des deux parties.

Des calculs capitaux, à bien vérifier avant de signer définitivement votre contrat de prêt immobilier.

Loading