Tout savoir sur...

Crédit immobilier : taux fixe ou taux révisable ?

Au moment de souscrire à un prêt immobilier, deux options s’ouvrent à vous : un crédit à taux fixe ou un crédit à taux variable. Avantage financier, sécurité de votre budget, stabilité… Quelques données pour opter, en toute connaissance de cause, pour l’offre la plus adaptée.

Le taux fixe restera identique durant toute la durée de votre crédit. S’il est affiché à 4,30 % au jour de la signature de votre contrat de prêt, il en restera de même pour toute la durée de vos remboursements. A l’inverse, le taux variable, ou taux révisable, est soumis à fluctuation. Indexé aux taux à court terme des marchés financiers (tel l’Euribor 3 mois ou l’Euribor 1 an) auxquels les banques ajoutent une marge généralement comprise entre 1 et 1,5 %, il est constamment recalculé. Conséquence : s’il peut être très avantageux au moment où le crédit est conclu, il pourra être radicalement augmenté au cours des années qui suivent.

Taux variable : l’avantage des taux plafonnés

Les taux révisables offrent toutefois quelques alternatives pour réduire le danger d’une trop forte variation du montant de vos mensualités. Il est d’abord possible de convertir à tout moment votre prêt à taux variable en un crédit à taux fixe. Un changement, concrétisé en solvant le prêt en cours grâce à la souscription d’un nouveau crédit, qui impliquera des frais et des pénalités de remboursement anticipé dont il faudra bien sûr s’acquitter. Ces dépenses supplémentaires ne pourront toutefois excéder, selon la loi, 3 % du capital restant dû.

L’autre possibilité, à envisager dès la souscription du crédit : opter pour un prêt à taux variable « capé », c’est-à-dire plafonné. Un prêt variable de « cap 1 »par exemple, dont le taux avoisine les 3 % au moment de la signature, ne pourra pas dépasser, lors d’augmentations ultérieures, le seuil des 4 %. Une alternative qui permet d'anticiper le montant maximum potentiel des mensualités.

Loading