Professionnels
Tout savoir sur...

Comment déclarer vos revenus locatifs ?

Deux cas de revenus locatifs sont à distinguer : celui des loyers issus d’une location vide et ceux d’une location meublée. Suivez le guide.

Déclarer les revenus d'une location non meublée : les revenus fonciers, le micro-foncier

Sont à déclarer les loyers de l’année précédente, hors charges. Deux régimes de déclaration sont possibles. Le régime micro-foncier, utilisé si les revenus locatifs bruts annuels tirés de la location vide n’excèdent pas 15 000 euros dans l’année. Ce régime permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire de 30 % qui couvre toutes les charges.

Déclarer les revenus d'une location non meublée : les revenus fonciers, le régime réel

Le régime réel, quant à lui, concerne les revenus locatifs supérieurs à 15 000 euros relatifs à un ou plusieurs biens immobiliers. Dans ce cas, il faut calculer le revenu foncier net en déduisant les frais et les charges du revenu brut (frais d’administration et de gestion, dépenses de réparation, d’entretien, d’amélioration, etc.). A noter qu’un propriétaire bailleur ayant les conditions requises pour relever du micro-foncier peut également décider d’opter pour ce régime d’imposition.

Déclarer les revenus d’une location meublée : les BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux)

Les revenus locatifs de logements meublés sont imposés dans la catégorie des BIC. Si les recettes locatives ne dépassent pas 32 600 euros en 2011, la base imposable est déterminée selon une méthode forfaitaire. Il faut alors indiquer sur sa déclaration le montant des revenus locatifs perçus dans la rubrique « Revenus industriels et commerciaux non professionnels ». L'administration fiscale appliquera ensuite un abattement de 50 % sur le montant déclaré. Au-delà de 32 600 euros, les recettes imposables sont soumises au régime réel.

Sachez enfin que la déclaration des revenus locatifs doit être transmise chaque année avant fin mai.

Loading