Tout savoir sur...

Risqué, l’investissement immobilier?

Si l’investissement dans la pierre est souvent perçu comme un placement sûr, reste qu’il n’est pas exempt de risques. Tour d’horizon des principaux dangers à mesurer.

Investissement immobilier : les risques matériels directs

L’investissement immobilier est tributaire de l’exploitation qui sera faite du bien acquis : un locataire peu soigneux, la vacance du logement ou encore la mise à jour de malfaçons. Pour se prémunir de ces risques, quelques protections existent. L’assurance contre les impayés par exemple pourra pallier l’absence de versement de loyer de la part de votre locataire. Souscrite auprès d’une banque ou d’une agence de gestion locative, elle coûte généralement entre 3 et 4 % du montant annuel des loyers et charges. Et, dans le cas d’un bien neuf, les assurances dommages-ouvrage et autres garanties décennales vous protégeront d'éventuelles malfaçons ou vices cachés.

Investissement immobilier : les risques conjoncturels

Première inquiétude : la dévaluation subite du bien. Elle peut-être due à la désertion imprévue des commerces du quartier ou encore à la vacance d’un trop grand nombre de logements dans l’immeuble. Il est donc préférable d’investir dans des zones dites rares et recherchées. Le 5e arrondissement de Paris par exemple, très prisé, semble un terrain de placement plus sûr que les communes de proches banlieues, davantage sujettes à des phénomènes de dépréciation. Autre source de risque : le contexte économique global. Subordonné à la bonne santé des marchés financiers, le prêt immobilier peut faire les frais d’une hausse soudaine des taux de crédits. Pour limiter les risques, il est donc conseillé de miser sur des crédits à taux fixes plutôt qu'à taux variables.

Des risques qui peuvent donc être prévenus. Mais, en matière d’investissement, en immobilier comme ailleurs, le risque zéro n’existe pas.

Loading